dima
  • JPEG de circonstances

    La chose vue ne compte plus ; l’instant décisif est la phrase entendue. Des images sont réalisées, par réflexe, sans intention photographique, au moment et à l’endroit même où une phrase, une parole retiennent mon attention. Il s’agit de faire images en essayant de ne plus tomber dans le piège d’en produire des photographies. L’appareil de prise de vue fonctionne alors comme un quasi-dictaphone : j’entends et je déclenche par réflexe. Je n’illustre même pas le propos initial, je saisis instinctivement l’environnement dans lequel je l’entends. La relation texte image qui en résulte n’a aucun sens ; s’installe alors une complicité disparate et hasardeuse. Ce que j’aime avec le hasard, c’est qu’on ne risque pas de se tromper quand on s’y autorise. (série en cours)